Laurent Le Gac

Laurent Le Gac

Je suis reporter-photographe depuis 17 ans, je réalise à compte d’auteur des reportages à l’étranger. Mais aussi en France et collabore pour certaines revues. Ces sujets abordent des thèmes de société, mes reportages font l’objet d'expositions et de publications dans la presse.

Fils de marin au long cours, je suis né avec la passion du voyage. > Lire la suite

Des premières colonies de vacances aux premiers voyages en solitaire, partager le quotidien de personnes inconnues, même de manière éphémère, fait partie de mon existence.
La passion de la photographie m’est venue plus tard.
À travers elle, j’essaie d’enregistrer des instants de vie, des quotidiens qui peuvent paraître banals et pourtant très éloignés du nôtre. Pour cela, j’ai choisi de travailler en argentique et en numérique, sans mise en scène, ni trucage, ni montage.

Voici des liens sur quelques vidéos de mes dernières expositions pour mieux comprendre ma démarche artistique :

http://www.youtube.com/watch?v=z7aN1qvpR18

https://www.youtube.com/watch?v=um9PP8O0g6g

www.wakanimages.com

Espace de vie

  • Dates Du 24 septembre au 07 cotobre 2015

Le papier antemoro est une variété de papier fait à base de fibres végétales. Comme son nom l'indique, le processus de fabrication de ce papier fut trouvé par les « Antemoro », une ethnie faisant partie intégrante de la population malgache, vivant sur le littoral de l'Océan Indien. L'histoire du papier antemoro et celle de la tribu « Antemoro » sont étroitement liées. Vers le VIIème siècle, les immigrants arabes sont venus s'installer sur les rives du littoral de l'île de Madagascar et ils ont donc formés une nouvelle tribu et se sont faits appelés les « Antemoro ».

De croyance musulmane, ces immigrants apportèrent avec eux leur Coran. Toutefois, au fil du temps, leur Coran commença à se détériorer et devenait de moins en moins lisible. Pour régler ce problème, ils décidèrent de recopier le livre sacré. Ils devaient pour cela trouver la matière convenable sur quoi le reécrire et connaissant parfaitement la technique de fabrication du papyrus égyptien, ils devaient juste chercher une plante capable de fournir les fibres nécessaires à la fabrication du papier. Ce petit inconvénient fut définitivement balayé lorsqu'ils se rendirent compte qu'un genre de mûrier nommé « avoha » avait une écorce riche en fibres et depuis, le produit fini fut définitivement appelé papier « Antemoro ». > Lire la suite

La méthode de fabrication est resté identique jusqu’à ce jour, j’ai donc moi aussi voulu perduré la tradition en la faisant évoluer vers l’impression d’images venues de l’île rouge.

Je me suis déplacé du nord au sud et de l’ouest à l’est afin de vous faire partager la diversité culturelle de Madagascar.

Rencontres avec des pêcheurs Vézo et leurs femmes, les commerces la nuit à Nosy-Be et Sambava, Tuléar et ces ambiances, les pousses-pousses à Tamatave, Tana la nuit, habitants près de l ‘allée des Baobabs Morondava, Cérémonies en hommage aux ancètres chez les Androy sud-ouest de Madagascar etc.

Autant d’approches photographiques pour vous montrer la richesse et la complexité de la société malgache, fruit de multiples brassages de peuples qui ont pour origine la corne de l’Afrique, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, la Malaisie ou l’Europe.

Embarquement immédiat, Tsanga-Tsanga

 

Sans Titre
Sans Titre-

Sans Titre
Sans Titre
Sans Titre
Sans Titre
Sans Titre