Tahina Rakotoarivony

Tahina Rakotoarivony

Tahina Rakotoarivony est l’un des artistes plasticiens contemporains les plus dynamiques et engagés à Madagascar. Depuis des années, sa notoriété ne cesse de grandir, notamment à travers les expositions qui lui sont dédiées à Genève, Paris ou Antananarivo, mais surtout par son engagement dans la vie culturelle malgache. C’est sous son initiative que l’Is’Art galerie ouvre ses portes en Février 2011pour proposer aux artistes une nouvelle plateforme de rencontres vers un nouvel horizon artistique. Il est également un des fondateurs de l’association Kantsa, Kanto an-tsaha, Arts et Culture en milieu rural, (Ambohimangakely) lieu de résidence et de création pour artistes confirmés, et lieu de ressources et de diffusion des arts pour la population rurale. Ainsi, il contribue à la dynamique de la culture malgache, et organise de nombreux événements, vernissages et festivals. > Lire la suite

C’est en 1998 qu’il fait ses premiers pas dans l’art contemporain en participant à la formation de Richard Razafindrakoto, artiste plasticien malgache reconnu. Grâce à cette formation, il a pu approfondir ses acquis en matière de dessin, et de peinture pour devenir quelques années plus tard peintre et décorateur.

Dès 2005, il commence à présenter ses créations sur la scène européenne. Sa rencontre avec les artistes de l’association Echuelles à Chuelles (France) lui a permis de faire découvrir ses œuvres dans une exposition collective à Artonef à Aix-en-Provence et à la Biennale d’art contemporain au Châteaux Barroux (Vaucluse) en 2006. Depuis, Tahina multiplie les rencontres et les expériences. Mais c’est la redécouverte de son attachement à la culture malgache qui lui a permis de construire son propre style.

Depuis ses débuts, le style de Tahina Rakotoarivony n’a cessé d’évoluer. Aussi inspiré par Cézanne, Jean-Michel Basquiat, que par Warhol, il a su trouver une manière d’exprimer sa vision du monde. Un style notamment influencé par la culture de son pays, ce qui lui donne une force et une grande originalité.

Eniamparahatokanialanjavatahaka, Etres cachés

  • Dates Du 19 avril au 10 mai 2018

Cette exposition est inspirée par les contes et légendes de Madagascar et met en scène les héros de ces histoires orales, les esprits de la nature et les animaux fantastiques que Tahina nomme les êtres cachés. Ils sont chantés dans des lieux sacrés dans tout le pays où les rites et tabous sont transmis et régis par les mpanazary et ombiasy, gardiens des traditions et guérisseurs.

Tahina a sélectionné 10 êtres cachés de la culture malgache et les revisite à travers différents medium pour exprimer leurs nombreuses facettes. A travers des dessins, peintures, sculptures, le visiteur entre dans ce monde invisible mais bien présent dans le quotidien des malgaches, rendu visible par le groupe d’artistes réunis autour de TahinaRakotoarivony, qui joue les rôles de directeur artistique et de peintre. Il a convié pour cette exposition MaherisoaRakotomalala pour réaliser les dessins, FitiavanaRatovo pour les sculptures, Fabio Thierry Andriamiarintsoa pour le reportage photo, Mat Li pour le design graphique.

Pour accentuer l’enchantement du décor visuel en une expérience sensorielle unique, lors du vernissage, devant chaque représentation des êtres cachés, Vanga Mena et Benson déclameront des poésies et Petit percu jouera de la musique. > Lire la suite

Concept

Eniamparahatokanialanjavatahaka, littéralement « le subconscient, copie de la réalité ».

Pour moi, cette composition verbale est la traduction de surréalisme, dans mon concept malgache. Il fallait bien 31 lettres dont 12 a ( !) pour traduire ce courant artistique en un terme malgache, langue particulièrement généreuse en syllabes.

Ce courant artistique m'a inspiré pour la création de cette exposition. Je travaille sur le subconscient collectif, car il s’agit d’un rêve partagé entre tous les porteurs de la culture malgache. Ce peuple invisible des êtres cachés est rendu ici visible par notre groupe d’artistes qui partage avec le public, ces copies de réalité mises en scène habituellement par les rites et traditions, et représentées ici par divers medium artistiques, formant autant de miroirs d'une réalité imaginée.

 

 

Imaintsoanala - Tableau Tahina Rakotoarivony
Imaintsoanala - Tableau Tahina Rakotoarivony200 x 100 cm

Tokandia - Tableau Tahina Rakotoarivony
Songomby - Tableau Tahina Rakotoarivony
Imaintsoanala - Tableau Tahina Rakotoarivony
Tokamaso - Tableau Tahina Rakotoarivony
Rapeto - Tableau Tahina Rakotoarivony
Kely Betratra - Tableau Tahina Rakotoarivony
Angavola - Tableau Tahina Rakotoarivony
Mpanjaka Be Ny Tany - Sculpture Fitiavana
Lalomena - Sculpture Fitiavana
Tokamaso - Sculpture Fitiavana
Rangory- Sculpture Fitiavana
Imaintsoanala - Sculpture Fitiavana
Tokandia - Sculpture Fitiavana
Rapeto - Sculpture Fitiavana
Ikelibetratra - Sculpture Fitiavana
Zazavavindrano - Sculpture Fitiavana
Ikalanoro - Sculpture Fitiavana

Ironic paper

  • Dates Du 14 janvier au 04 février 2016

Connu dans son métier en tant qu’artiste plasticien et galeriste, il est l’un des artistes qui utilisent les techniques mixtes et l’art de la rue à Antananarivo. Il a grandi dans le quartier d’Ankadifotsy et a commencé l’apprentissage du dessin, de la sculpture et de la peinture en 1996 avec son maître Richard Razafindrakoto.

Depuis plus de quinze ans, Tahina traite de faits sociaux, en préservant l’esprit de graffiti et pochoir. A chaque nouvelle création, il repousse ses limites conceptuelles.

Dans cette exposition « ironic paper », le thème de chaque œuvre est inspiré par un proverbe et évoque de manière juxtaposée des contraires comme douceur/violence, sincérité/fraude, égoïsme/altruisme, activité/paresse, loi/injustice, grandeur/petitesse. L’ironie qui en ressort est le décalage entre différentes perspectives confrontées sur une même toile avec de très nombreux détails à découvrir et interpréter à sa manière. > Lire la suite

Dans cette collection, Tahina travaille un nouveau support remplaçant la toile: le papier recyclé. Après avoir créé son propre papier, il utilise les techniques mixtes de collage, peinture acrylique et pochoir. A partir de magazines et journaux dont il découpe des photos, dessins, mots, messages et titres, il créé un univers contradictoire et chargé d’ironie. Des visages peints surgissent ça et là tels des fantômes pour rappeler la société oubliée de ces magazines et qui pourtant en constituent la toile de fond. Il montre ainsi le rapport entre la société et l’individu, le holistique et le personnel, entre les discours et la réalité.

 

Au clair de la pub
Au clair de la pub67 x 48 cm

Au clair de la pub
Clandestine
Les paroles douces facilitent la richesse
On nous prend pour des quiches
Punk
Radoter comme un noble ruiné
Un chant de joie

 

Juxtaposition

  • Dates Du 04 décembre 2014 au 04 janvier 2015

Prise de conscience de l’histoire du continent africain, et des questions politiques, sociales et économiques, cette exposition juxtapose des moments mémorable la pense futur (poignées de main traduisant un accord), des discours politiques (indépendance de Madagascar…) et des droits fondamentaux (comme la liberté symbolisée par des pieds enchaînés).

Dans cette exposition, Tahina reprend les mêmes techniques mixtes avec peinture, collage, coulage et pochoir.

 

Désaccord
Désaccord150 x 150 cm

Désaccord
Esclave de mon pas
Fokonolona
Gardien du passé
Sans Titre

Papiers

  • Dates Du 24 avril au 15 mai 2014

Exposition en duo de Tahina Rakotoarivony & Temandrota

En présentant l’exposition « PAPIERS », Is’Art Galerie entend célébrer les petits moments intimes que Tahina Rakotoarivony et Temandrota ont pu tracer à travers cette matière comme support de création.

Cahiers déchirés, feuilles volées, bouts de croquis sur des carnets, voilà les gestes primaires de Temandrota contre toute forme d’attentisme. Une dizaine de facettes de son travail sur divers papiers déroule un panorama de son approche à la fois minimaliste et abstraite. Tahina Rakotoarivony, de son côté, a opté pour le fameux « papier Antemoro ». > Lire la suite

C’est un choix qui interroge et qu’il a réussi à développer. Avec un goût marqué pour l’expérimentation, renouvelant encore et sans fins leurs compositions, les deux artistes proposent et donnent des visions nouvelles sur ce support millénaire qu’est le PAPIER.

Si Temandrota a favorisé « la géométrie ethnique aléatoire » sans toutefois ignorer les figurations simples, Tahina Rakotoarivony met en avant ses sujets de prédilections vers d’innombrables variations surprenantes ! A nous de voir !!!

 

Tahina - Artiviste clandestin
Tahina - Artiviste clandestin150 x 75 cm

Tahina - Artiviste clandestin
Tahina - Faux pub
Tahina - La chasse fuit, l'eau est rare
Tahina - Malagasy revolusionera
Tahina - Mpiasa tany no asako
Tahina - No smoking
Tahina - Passe partout
Tahina - Savon du sourire
Tahina - Sekoly miafina
Temandrota - Bilo 2
Temandrota - Bilo 3
Temandrota - Esprit kokolampo
Temandrota - Esprits fafano
Temandrota - L'homme des feuilles raokandro
Temandrota - Médaillon zébuesque
Temandrota - Sans titre 1
Temandrota - Sans titre 2
Temandrota - Taha tombokavasta à 4 branches

 

Portrait en Noir et Blanc

  • Dates Du 28 août au 19 septembre 2013

Le concept de l’expo est basé sur l’ambiance du clair obscur souvent mis en valeur à l’aide de la technique du pochoir, les portraits que j’ai peint’ avec autorisation, sont des personnes de mon entourage. L’exposition est pour moi une manière de présenter et d’exprimer mes relations avec ces dernières, que ce soit une connaissance de longue date, ou une personne que je viens de rencontrer.> Lire la suite

Il s’agit là aussi de présenter un échange, entre moi et ces personnes. C’est aussi pour moi une manière de représenter ce que je vois et ce que je ressens en eux, en passant du clair à l’obscur, ce qui m’inspire aussi de ces connaissances. La majorité des portraits portent des lunettes, une ligne directive de l’exposition et aussi ma petite signature personnelle pour cette exposition.

J’ai usé de la technique du pochoir cette fois-ci en exploitant le blanc, utilisant la lumière pour créer les ombres, une technique de base de peinture pour avoir une œuvre à la fois simple et précis.

Pour cette exposition, j’ai marié le travail manuel à la technologie en traitant des phots que j’ai prises pour pouvoir arriver à un rendu final sur toile. Car pour moi, on vit dans une ère contemporaine où l’on peut librement utiliser la technique moderne et ainsi présenter des travaux autres que mes travaux habituels.

 

Bandy
Bandy70 x 50 cm

Bandy
Rablaise
Cynthia
Cynthia
Edgard
Fanja
Imalo
Isaac
Joel Rabesolo
Lena
Raliva
Mathilde
Ndrinakely
Njaka
Romain
Rotsy
Ryboboh
Saha
Seva

Ankamantatra / Enigme

  • Dates Du 3 au 23 février 2011

L’art contemporain est souvent énigmatique pour le public, et c’est pourquoi j’intitule cette exposition « ankamantatra ». A travers mes toiles, je souhaite partager avec vous, le monde imaginaire qui peuple mon esprit, et donner vie à des sensations personnelles. > Lire la suite

Tout comme les ankamantatra, ces toiles sont peuplées d’images métaphoriques que seule une lecture attentive ou une réflexion approfondie pourra déceler. En effet, les images produites ne font pas toujours écho directement à la pensée de l’artiste, mais sont comme des énigmes à résoudre.

Dans la tradition malgache, les ankamantatra ont une place bien particulière à la fois ludique et éducative. La langue malgache, si riche d’images et de nuances se prête à ce jeu d’énigme métaphorique. L’imagination et les contradictions du monde réel sont réunies dans ces énigmes. Enrichissant la langue et l’esprit, elles permettent une ouverture à d’autres perceptions du réel.

Cette capacité d’abstraction entraîne l’esprit vers une imagination expressive ; premier pas vers une esthétique surréaliste.

Mon exposition se veut un voyage dans un imaginaire coloré inspiré de la réalité urbaine dans laquelle je baigne. Avec les supports de portes, fenêtres, pneu, et des reproductions d’affiches, je recréé l’ambiance de la ville. Entre bitume et matériaux divers, le foisonnement de ma ville m’inspire une affluence empressée et emmêlée.

Ma technique artistique est combinée : pochoir, récupération, collage, peinture.

 

Histoire en images
Histoire en images120 x 64 cm

Demoncratie
Histoire en images
Hommage à l'Homme
Hymne à l'image
Images sur fenêtre
Instruction civique
Les chèques
Mémoire imaginaire 1
Mémoire imaginaire 2
Nouvelle vie
Où sont les tickets
SMS Afrika
Tryptique
Urban Electric Affiche
Voyages culturels

 

Figurations libres

  • Dates Du 28 mars au 18 avril 2013

Cette exposition est un manifeste émotionnel de la vie quotidienne humaine, de la vie sociale à la vie politique, de l’amour à l’histoire. Je peins ce que je vois, ce qui me touche, ce qui me choque, ce dont je rêve C’est ce que j’exprime dans ces « figurations libres » qui s’inspirent de la vie malgache tout en traitant de sujets universels. > Lire la suite

Dans ma démarche artistique, j’utilise toujours des figures minimalistes et conceptuelles, c’est-à-dire DES FIGURES peu travaillées où l’émotion et l’expression dominent. C’est la composition des couleurs, des formes et des figures caricaturées qui constitue les œuvres. La superposition des images et leur confrontation dans la peinture donne le sens de la toile.

J ‘essaie toujours de varier mes formes d’expressions artistiques, de la figuration à l’abstrait, du fauvisme au pop art. Tous ces mélanges de style sont pour moi une LIBERTE, une forme d’art sans frontières sans limite géographique, ni hiérarchie de hautes ou de basses cultures. Cette diversité me donne une grande liberté d’expression.

Description des toiles

Techniques mixtes : collage, pochoir, acryliques et peinture sérigraphie, posca.
16 toiles dont un triptyque et un quadriptyque.

 

Carburateur
Carburateur110 x 70 cm

Carburateur
Christ noir
Court circuit
Esclaves
Gavroche
Joconde
King
Koafezy
Masque
Porte voix
Portrait
Tintin
Triptyque
Tsena
Vahoaka

 

Existentiel / Fisiana

  • Dates Du 26 avril au 17 mai 2012

Chacun de nous recherche, éprouve cette sensation du vertige face à l’intemporel ! Le monde actuel est saturé d’images, de slogans, englué dans le maelström des réseaux sociaux et pourtant la solitude et le vide n’ont jamais été aussi présents ; l’artiste expérimente, rassemble, dissèque la rationalité de ces mécanismes. Sur scène, musiciens, danseurs et circassiens se retrouvent nus, en simple possession de ce qu’ils sont, responsables de leurs existences ! L’exposition tente de révéler les moments libérateurs de la scène alternative tananarivienne. > Lire la suite

Partant d’instantanés saisis par l’objectif du photographe, le plasticien décrypte la matière, le mouvement, l’engagement pour l’enrichir de sa perception. Le spectacle et la création corporelle et musicale perdurent à travers ces photo-toiles qui ajoutent encore à la magie du moment, avec couleurs et textures.

Rapidement les deux artistes confrontent leurs approches complémentaires de l’image. L’exposition « Existentiel » résulte de ce métissage, à la fois culturel et artistique, ils vous invitent à un voyage sublimé vers les arts vivants.

 

-
--

-
-
-
-
-
-
Presse

Design

Tahina réalise également des objets de design et sculptures.

 

Tabouret
Tabouret

Tabouret

Gorée Walls

« Les murs nous ont attrapé »

« Etre artiste pour moi c'est simplement exprimer son inspiration. Peu importe la manière, la technique, le style et tout ces codes qui bloquent les gens dans la création. Etre artiste, c'est bien ça, créer ! Le fait que l'inspiration nous pousse à l'action, aller plus loin que l'idée, essayer de la mettre en forme.

C'est exactement ce qu'il s'est passé sur cette île. Gorée en soit est toujours un parcours initiatique et à chaque passage on y entre un peu plus en profondeur, on se rapproche de son cœur et si on tend bien l'oreille on peut parfois entendre son battement. Nous c'est les yeux qu'on a ouvert, que l'île nous a ouvert. Je pense que nous étions prêts à entendre son message et nous l'avons saisi afin de ne jamais l'oublier. > Lire la suite

Pour Tahina c'était la première fois qu'il foulait le sol de l'île mais en tant qu'africain je pense que Gorée était déjà inscrit dans son âme. Moi j'y suis passé déjà plusieurs fois et elle a su me déconstruire au fur et à mesure pour que cette fois je puisse la regarder avec mes yeux d'Homme faisant parti du tout, c'est en me libérant du poids historique qui pèse sur mon être social qu'elle m'a absorbé dans son universalité.

L'île aurait pu choisir mille façons de nous parler mais c'est par ses murs qu'elle s'est révélée à nous. Tahina est artiste plasticien à Antananarivo la capitale de Madagascar, et moi voila un bon nombre d'année que je graff dans tout les coins du monde que je découvre. Alors finalement l'île a bien choisi le langage pour nous parler. D'habitude les mûrs on aime les transformer avec nos pinceaux, rouleaux et autre bombes de peinture diffusant toutes les couleurs et formes sortant de nos esprits un peu tordus il faut l'avouer. Mais cette fois aucune envie de les transformer.

Des formes nous sont apparues sur ces murs repeints par le temps et les générations de femmes et d'hommes ayant vécu sur cette île. Et comme deux enfants ayant découvert un nouveau jeu, nous courrions pendant deux jours dans tous les coins et recoins de l'île pour y déceler quelques couleurs, quelques matières, quelques formes qui exprimaient toute la vie que Gorée avait imprimé sur ses murs.

Nous y avons vu des larmes, des cris, mais aussi beaucoup de couleurs et de joie. Ces quelques images que nous vous livrons resteront pour nous l'empreinte que cette île universelle nous a laissé au fond du cœur. »

RoMeiJ.

-
--

-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-