Misty

Misty

Aussi loin que je me souvienne, je dessinais. Je trouvais là un moyen de m’exprimer autrement que par les mots.

D’ailleurs, mes parents me demandaient de faire des croquis sur demande quand un de leurs clients en avait besoin.

En commençant par des outils de base : crayon mine et crayons de couleurs, ces outils étaient vite limitatifs.

J’ai commencé à peindre vers l’âge de 13 ans. Je m’étais créé un petit atelier au fin fond de la cave. Inutile de préciser que j’y passais mon temps libre. A l’époque c’était très abstrait comme genre. M’isoler à l’atelier et transcrire mes émotions sur une toile, m’a permis d’échapper à l’ennui mortel qu’était le monde ordinaire.

A l’époque, la connaissance des outils était encore très limitée, mais le but étant la pleine expression de soi. > Lire la suite

Ce n’est qu’à partir de mes études supérieures en Arts appliquées et en Communication visuelle que j’ai pris conscience de la large palette d’outils disponible pour s’exprimer. Quel bonheur ! Comme une impression que le monde s’offrait à moi.

Touche à tout, limite casse cou.

En passant de l’aquarelle à l’encre de chine, du fusain aux pastels. En faisant des expérimentations à partir de l’eau, mélangée à l’huile jusqu’aux substances inflammables que sont les diluants, les dissolvants. Il y avait de quoi avoir peur ! Mais ces expériences ont permis d’acquérir le savoir faire nécessaire pour obtenir un effet précis.

N’ayant pas de «parcours» artistique bien précis, mais ayant toujours baigné et vécu dans et à travers les arts, ceci est donc ma première exposition.

La décision d’exposer m’a pris du temps. Si certains écrivent dans un journal intime, moi je peins sur des toiles. Il y a toujours un temps pour tout.

Une façon de penser limite marginale, un curriculum n’est donc pas vital.

Envolées lyriques et monde mystique

  • Dates Du 10 au 25 décembre 2015

La peinture comme une extension de soi-même.

J’ai persévéré dans cette voie. Mes études en Arts appliquées et Communication visuelle m’ont permis d’acquérir des bases, et ont enrichi ma réflexion.

Il y a 5 ans, d’un cahier de croquis et de feutres microns, un poisson est né. Les courbes de ses nageoires, les mouvements de sa queue, la grâce de son corps m’ouvraient des possibilités infinies. Des essais en aquarelle ont vus le jour, mais n’ont pas fait long feu.

L’envie et l’idée de travailler ce thème à fond est venu il y a 1 an et demi, depuis sont nés la majorité des tableaux : de l’intuition, la réflexion jusqu’à la réalisation.

J’ai transcris ce poisson sur toile ; j’ai ajouté des couleurs vives, évocatrices de la puissance éprouvée. Ce poisson était une carpe Koï. * > Lire la suite

C’est à travers l’acrylique que je parviens le mieux à m’exprimer. Ce medium est assez fluide pour habiller les émotions fortes, presque violentes, qui habitent mes tableaux.

Tout est passager, l’acrylique est aussi un medium qui nécessite de travailler rapidement, ce qui assouvit bien des pulsions.

Au delà de leur fort symbolisme (les carpes Koï illustrent la force et la persévérance car elles remontent à contre-courant les rivières et cascades du Japon), ces poissons ont piqués ma curiosité de par leurs couleurs variées et leur stoïcisme apparent, en même temps qu’ils me communiquaient un sentiment de puissance. C’était la possibilité d’explorer des mondes parallèles, comme si ces poissons étaient les vaisseaux pour y accéder, mais aussi les vaisseaux de mes sentiments et de mes ressentis.

Au fil des tableaux, J’ai été emmenée, presque possédée par ces poissons. Je me détache du temps et de la réalité. Des questions, dont beaucoup d’incertitudes jusqu’à l’angoisse, échappant à ma volonté et sont conduites par la passion.

La plupart des peintures exposées ont été réalisées à l’atelier, cependant j’en ai réalisé quelques unes lors de voyages.

Dans mes tableaux, le poisson perd son signifié pour acquérir un sens.

Je vous invite donc, à travers mes peintures, à vous libérer du connu.

 

Agartha
Agartha80 x 105 cm

Agartha
Naissance
Obstacle
Peek