Temandrota

Temandrota

Temandrota vit et travaille à Antananarivo. Elevé par des chasseurs, dès son plus jeune âge, son univers est très proche de la nature et sa façon de vivre est imprégnée par le nomadisme. Très marquée par les rituelles de circoncision, de retournement des morts, les mariages, de ses traditions « Tandroy », ces images ne dépassent pas sa région qui est le Sud de Madagascar. Les motifs, les matières naturelles (même la bouse des zébus) sont des influences profondes en rapport aux arts funéraires des régions de l’île qu’il a traversée. > Lire la suite

Son imaginaire résonne les mythes anciennes et les contes traditionnels qui ont bercé son enfance et encore il s’intéresse jusqu’aujourd’hui aux oratoires qui accompagnent les rites et coutumes pratiqués par certaines ethnies qu’il a rencontré.au fil de ses découvertes Arrivé à l’âge de 13 ans à la capitale, ses yeux se sont ouverts vers les multimédias embarqué par ses amis bédéistes. Ainsi, il commençait à peindre et à dessiner avec les feuilles de papier avant d’atterrir sur l’animation.

Puis il commençait à mener de nouveau la vie nomade en traversant l’île en se déplaçant d’hôtel en hôtel pour ses performances artistiques. Depuis 2005, des expositions se multipliaient et des résidences d’artistes s’en suivent notamment dans la zone Océan Indien, l’Afrique du Sud, jusqu’en Allemagne.

Il dit de son travail que « les représentations humaines et symboles de l’imaginaire collectif Tandroy * mobilisent et dépouillent en même temps le mysticisme et l’invisibilité omniprésente vers une écriture personnelle, plus minimaliste et plus abstraite. La peinture géométrique est l’élément moteur de ces représentations. Pour moi, créer des motifs devient un geste primaire et m’amène sur « la transe » qui rythme l’ensemble ». Régulièrement, il expose au centre culturel français d’Antananarivo.

Voies des silences

  • Dates Du 11 février au 03 mars 2016

A chacun sa voix… A chaque personne sa voie ou ses voies. Moi, je trouve mes voies dans les silences… Il y-a des silences qui en disent longs dit-on… Mes voies des silences viennent de ma pratique artistique… Ces voies sont des peintures qui naissent dans les silences… Mes silences appartiennent à ces moments intimes quand les images nous parlent… Je parle à mes images comme ils viennent, mon imaginaire trouve ses voies dans les images sous silences… Sous ses silences, des textes d’auteurs divers et variés m’envahissent… me touchent… des contes, des mythes, des proverbes, des légendes fusionnent et revisitent mon travail… Comme une éponge, j’ingurgite le passé, le présent et le futur en même temps. Ce n’est pas un choix, c’est ma réalité… Les silences, les vides habitent mon travail, et les textes apparaissent dans mon visuel… A vous de voir !!!

 

La famine est mon seul ennemi
La famine est mon seul ennemi200 x 150 cm

La famine est mon seul ennemi
Fandrona mena
Aly tany... Tany mialy
M...Marina
Sokabelo
Vol à vif
Vohimena talakeso

 

 

Papiers

  • Dates Du 24 avril au 15 mai 2014

Exposition en duo de Tahina Rakotoarivony & Temandrota

En présentant l’exposition « PAPIERS », Is’Art Galerie entend célébrer les petits moments intimes que Tahina Rakotoarivony et Temandrota ont pu tracer à travers cette matière comme support de création.

Cahiers déchirés, feuilles volées, bouts de croquis sur des carnets, voilà les gestes primaires de Temandrota contre toute forme d’attentisme. Une dizaine de facettes de son travail sur divers papiers déroule un panorama de son approche à la fois minimaliste et abstraite. Tahina Rakotoarivony, de son côté, a opté pour le fameux « papier Antemoro ». > Lire la suite

C’est un choix qui interroge et qu’il a réussi à développer. Avec un goût marqué pour l’expérimentation, renouvelant encore et sans fins leurs compositions, les deux artistes proposent et donnent des visions nouvelles sur ce support millénaire qu’est le PAPIER.

Si Temandrota a favorisé « la géométrie ethnique aléatoire » sans toutefois ignorer les figurations simples, Tahina Rakotoarivony met en avant ses sujets de prédilections vers d’innombrables variations surprenantes ! A nous de voir !!!

 

Tahina - Artiviste clandestin
Tahina - Artiviste clandestin150 x 75 cm

Tahina - Artiviste clandestin
Tahina - Faux pub
Tahina - La chasse fuit, l'eau est rare
Tahina - Malagasy revolusionera
Tahina - Mpiasa tany no asako
Tahina - No smoking
Tahina - Passe partout
Tahina - Savon du sourire
Tahina - Sekoly miafina
Temandrota - Bilo 2
Temandrota - Bilo 3
Temandrota - Esprit kokolampo
Temandrota - Esprits fafano
Temandrota - L'homme des feuilles raokandro
Temandrota - Médaillon zébuesque
Temandrota - Sans titre 1
Temandrota - Sans titre 2
Temandrota - Taha tombokavasta à 4 branches

 

Assiettes chinoises vides fusils chargés

  • Dates Du 6 au 27 mars 2014

Paradoxe ?
Les assiettes chinoises sont vides, mais les fusils sont chargés ! Ceci est un récit qui vient du Sud de Madagascar après l’opération « Tandroka ». Une opération militaire controversée. Les gens sont aussi malfamés, hier comme aujourd’hui. Ils sont obligés de dormir à l’intérieur des forêts, en dehors du village, du jour au lendemain les voleurs de zébu peuvent attaquer. A tout moment, l’angoisse envahit les esprits, on ne sait à quel Dieu se vouer. Que va devenir le village ? Quand on entend que ce sont des ex-militaires qui ravitaillent en arsenal de pointe les jeunes chômeurs recruter en divers endroits, formés pour devenir des mercenaires, pro-trafiquant. > Lire la suite

Ici, je reviens sur cette dualité temporelle qui existe un peu parfois : pouvoir-survie.

Après l’opération militaire, que deviennent les gens aux villages ? Ils savent que l’insécurité gagne du terrain, ils achètent des fusils pour se protéger même s’ils n’ont rien à bouffer, même s’ils n’ont pas « le pouvoir d’achat », ni pour acheter ce fusil, ni pour des sacs de maïs ou de manioc comme les provisions alimentaires.

Puis, le PAM arrive, la population est totalement dans la survie dans l’assistant inespéré ! A qui la faute ?

Aujourd’hui, les assiettes chinoises sont aussi vides, les enfants comme les grands crèvent de faim. C’est une réalité permanente. La famine ou Kere est la pilule amère que chacun a déjà goutée dans l’Androy, au moins une fois dans sa vie.

Mes assiettes sont vides mais les fusils sont chargés ! car on ne sait pas ce qui va se passer demain.

 

Animal convoité
Animal convoité55 x 40 cm

Animal convoité
2Assiettes Vides, 1Fusil Chargé, 1zébu, 1Malaso
Cache-cache chasse à l'homme
1Fusil braqué, 1Malaso
Guerrier Tandroy
Iavamana mpiarakandro
Incendie cache-cache en forêt
Port d'arme illégal, vol de zébu Tokanono
Renamby croisé
Sans titre
Sefondringa 1
Sefondringa 2
Sefondringa 3
Silhouette zebuesque pintade solidaire
Talisman d'un Malaso
Talisman d'un Tsimilefa

Lignages verticaux / Tsanga

  • Dates Du 30 juin au 21 juillet 2011
-
--

-
-
-
-
Presse

Valalabemandry II

  • Dates Du 21 juin au 12 juillet 2012

Tout le monde a tendance à calquer sur ce mot. On y attache le Fokonolona dans un monde où l’individualisme est poussé à l’extrême de notre existence.
Moi je revendique VALALABEMANDRY, ce corps social dans le village où chacun s’identifie au collectif. Dans ce travail, je pousse la multiplication, cette attitude d’être dans un ensemble, notre société actuel qui se trouve dans ce questionnement de l’identité. TEMANDROTA est le nom de notre tribu, je signe ainsi parce que je m’y attache, je m’identifie à travers le mot TSIMISARAMIANAKAVY, VALALABEMANDRY IALAHY ?
C’était ça la question et quand est-ce qu’on se reverra ?

 

-
--

-
-
-
-
-
-

Installation au REK

Temandrota réalise également des vidéos et installations, comme ici dans le cadre de la première édition du festival REK à Imaitsoanala.