Emilie Blue

Emilie Blue

Artiste voyageuse...

Emilie Blue est une artiste plasticienne, peintre, photographe et designer née en France dans les années 1980. Après des études en Arts puis en Design et en Architecture, elle choisit de quitter son pays et de parcourir le monde. Ses pérégrinations la mèneront d’un continent à l’autre avant de s’installer plus longuement dans l’Océan Indien.

Elle a fait de Madagascar son port d’attache depuis quelques années. Tout en continuant ses nombreux voyages, elle travaille dans son atelier de Majunga (Côte Ouest) sur des créations qui évoquent le voyage, l’exil, le nomadisme, le souvenir, la quête permanente de l’ailleurs et de l’autre qui nourrissent son travail depuis plus de 15 ans. > Lire la suite

Parcours

Son dernier diplôme en poche, Emilie Blue s’envole et multiplie les expériences professionnelles à l’étranger. Véritable touche à tout, elle travaille comme designer, aussi bien en agence de communication visuelle qu’en bureau d’étude en architecture. Toujours soucieuse de partager sa passion pour les arts et la culture, notamment auprès des plus jeunes, elle enchaine les missions dans l’enseignement et exerce en tant que professeur d’arts plastiques et d’histoire de l’art...

2010-2018 Designer chez ATELIER 73. Bureau d’étude architecture & construction, Madagascar

2001-2017 Parallèlement à son activité de designer, elle exerce en tant que Professeur d'Arts Plastiques et d’histoire de l’art pour le réseau AEFE à Madagascar (Majunga, 2014-2017), à Mayotte (Koungou 2008-2009), au Bénin (dans 2 établissements de la banlieue de Porto Novo, 2006), au Togo (Kara, 2001)
> Mise en place de nombreuses expositions avec les élèves (expo Picasso, Baobab festival, expo « Francophonie » à l'Alliance Française, expo « Ville de demain », concours d'architecture « Pritzker-Dolto », « semaine des cultures », « semaine du développement durable », « Moka festival »…). Participations à des concours. Réalisations de plusieurs fresques avec les élèves. Pilotage d’interventions d’artistes Malgaches et Européens auprès d’un public d’adolescent (BD, street art, peinture académique, éco-design…)

2007 Designer au sein de la société italienne A&D (Archetype and Design) basée à Mamoudzou, Mayotte. Conception et agencement d'hôtels de luxe à Mayotte et aux Comores (sites de Mtsamboro, N'gouja et Mohéli) !

2006 Concept designer pour le cabinet SIB, (Stratégie Identification Bâtiment, spécialiste de l'identité visuelle) à Saint Nazaire, France 2006 Rédaction d'un mémoire sur L'habitat traditionnel Bétamaribé (ethnie de la frontière Est du Togo) dans le cadre d'une année de spécialisation en architecture d'intérieur et en design à L'école IFFDeC de Rennes (35)

2005 Rédaction d'un mémoire sur le photojournalisme et la photographie de guerre dans le cadre d'un master arts / lettres / langues / communication, spécialité arts plastiques soutenu à l'Université de Rennes II, sous la direction de Sandrine Ferret, maître de conférence, directrice de l'UFR arts plastiques de Rennes II. Master I Arts plastiques obtenu avec mention.

2004 Réalisation d'un photoreportage à Madagascar sur les enfants des rues de la banlieue de Tananarive, puis dans le quartier de Sabotsynamehana

2004 Intégration de la section Art de l'Université Federico II, Naples, Italie, lors d’une quatrième année universitaire dans le cadre du programme d'échange européen Erasmus !

2002 Exposition "Workingtogether", avec un collectif d'artistes européens, autour d'un concept original et alternatif: faire vivre et voyager des créations contemporaines, visuelles et sonores, au travers des frontières. Galerie Art et Essai, Université de Rennes II

2000 Exposition de sculptures sur le thème de la mer et des yoles lors du grand rassemblement marin "Brest 2000 »

Beautiful world, Colorful People

  • Dates Du 7 au 20 juin 2018

Au fil de ses voyages, Emilie BLUE ramène beaucoup de traces photographiques mais également beaucoup de carnets remplis d’écrits et de croquis. Elle s’intéresse particulièrement à la subjectivité de la photographie (la narration suggérée par le choix du cadrage, du sujet, l’opposition champs/hors champs, l’espace suggéré, le choix du noir et blanc ou de la couleur..).

Tout le temps sur la route, elle est une vraie nomade, ne possède pas d’atelier et se sent un peu frustrée par cette impossibilité de produire des réalisations abouties. Ce n’est que depuis 2016, alors bien installée à Madagascar, qu’elle entreprend de réaliser le bilan plastique de son parcours. Pour aller plus loin que le reportage photo, elle ressent le besoin de retranscrire la subjectivité des émotions du voyage.

Chaque expérience de voyage est unique, chaque découverte est instinctive et profondément personnelle. L’immersion dans l’ailleurs s’éprouve, se subit parfois, se ressent à travers les yeux, les oreilles et surtout l’âme de celui qui la vit. A travers ses toiles, Emilie BLUE nous fait voyager dans son monde, sur une planète colorée.

Sa démarche plastique consiste donc à élaborer des compositions picturales à partir de tout ce qu’elle a pu glaner en route: photos, sourires, croquis, textes, visages, anecdotes… Chaque toile s’apparente à un récit de voyage. Un récit personnel, subjectif et réducteur assumé voire revendiqué ! > Lire la suite

Emilie BLUE nous offre alors SON REGARD sur chacun des pays qu’elle a traversés. Un regard personnel et non exhaustif au travers d’émotions propres et totalement subjectives.

En tant que plasticienne, elle voit le monde en couleur et accorde une nuance chromatique à chaque moment, chaque mot, chaque son, chaque personne… et par extension chaque pays. Une couleur qui ne peut être attribuée sur le moment, pendant le voyage, mais après une longue « digestion », parfois longue de plusieurs années.

Emilie BLUE n’a pas de technique de prédilection. Son travail relève plutôt de l’expérimentation permanente. Ainsi Elle travaille aussi bien à l’huile qu’à l’acrylique ou à la gouache, tout en utilisant également fusain, pastel, craie, encre de Chine, bombe aérosol, pochoirs, collages et outils numériques. Chaque parti pris esthétique révèle du sens (couleur, format, technique, outil…). Toutefois, elle commence chaque nouvelle toile de la même façon, par une sélection de clichés qu’elle a pris et un travail numérique sur le cadrage et les filtres pour pouvoir exploiter les images.

On retrouve fréquemment l’écriture dans son travail, plus pour l’aspect graphique que pour le sens réel du texte. La découverte des autres c’est aussi la découverte d’autres moyens d’expression et parfois l’impossibilité d’échanger et de communiquer qui en découle. Le texte devient alors un motif graphique qui orne la composition picturale. Dans cette quête de l’autre elle s’intéresse particulièrement aux spécificités propres à chaque ethnie, à chaque tribu. Des parures aux vêtements traditionnels en passant par, l’habitat, les tatouages et les scarifications. Ses œuvres ancrées dans la peau. Elle signe ses toiles d’un motif très personnel. Un de ses tatouages, qui évoquent tous le voyage et le nomadisme.

Une démarche artistique qui reflète un véritable choix de vie. Un investissement total et profond, quotidien, permanent à l’image d’une vie bouillonnante, furieuse et passionnée menée sur les routes du globe depuis 15 ans.

 

 

« <strong>SKIN </strong>» 2018
« SKIN » 201850 x 50 cm (série de 9 toiles)

« <strong>SKIN </strong>» 2018
« <strong>ASMAT</strong> » 2018
« <strong>METISSE</strong> » 2018
« <strong>MWANGA</strong>», la lumière, (Tanzania), 2018